Dominique Wolton
image 2
« L’interactivité est une question technique, l’intercompréhension un enjeu humain et social. »
DW, Penser et réglementer Internet : un impératif catégorique pour la démocratie, Rapport CSA, 10 avril 2000

Sciences de la communication

Les sciences de la communication ont pour objet l’étude de la communication, mais il n’y a pas une science de la communication puisque la communication fait appel à plusieurs disciplines. La communication est plutôt un objet de connaissance interdisciplinaire, au carrefour des disciplines traditionnelles et des savoirs récents liés à une formidable expansion. On peut distinguer trois pôles dans les sciences de la communication.

Le premier pôle, à l’interface des neurosciences et des sciences cognitives, étudie la communication dans ses rapports avec le cerveau : perception ; mémoire ; traitement de l’image et du langage.

Le deuxième pôle, à l’interface des sciences cognitives et des sciences physiques pour l’ingénieur, est centré sur les problèmes de communication entre l’homme et les machines.

Le troisième pôle, centré sur les sciences de l’homme et de la société, étudie la communication entre les individus et les collectivités, ainsi que l’impact des techniques de communication sur le fonctionnement de la société.

Dix disciplines sont ici mobilisées : philosophie ; économie ; droit ; science politique ; histoire ; anthropologie ; psycho-linguistique ; géographie ; sociologie, linguistique. C’est en cela que les sciences de la communication sont par nature interdisciplinaires, la dimension inéluctablement anthropologique de la communication empêchant tout réductionnisme disciplinaire. La communication est probablement une des activités humaines à partir desquelles l’homme a le moins de distance, puisqu’elle est directement constitutive de son rapport au monde.


Suivant → ← Précédent
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0