Dominique Wolton
image 2

Modernité et modernisation

L’adjectif « moderne » désigne ce qui appartient à une époque récente au sens d’actuel, de contemporain et s’oppose à ancien, à antique. Depuis la querelle des Anciens et des Modernes, au XVIIe siècle, ce terme bénéficie d’une connotation positive et sous-entend l’idée de progrès de l’humanité. Ses caractéristiques les plus fréquentes : l’émergence de la liberté individuelle, la force de la raison contre la tradition, la sécularisation et l’importance de la société, l’adhésion aux valeurs scientifiques et techniques, un intérêt pour la politique démocratique.

La notion de modernité n’a pas tardé à être critiquée, d’hier à aujourd’hui. Pour dépasser la notion de modernité a été progressivement forgé le concept de postmodernité où l’absurde, le narcissisme et l’autodérision, remplacent l’idée d’une téléonomie ou d’un sens historique.

La modernisation a fini, quant à elle, par désigner les stratégies suivies par les pays en voie de développement pour parvenir à la construction d’une société « à l’occidentale ». Elle implique donc un renouvellement du mode de division et d’organisation du travail social. L’État, les entreprises, les bureaucraties, permettent la modernisation, comme ils peuvent la freiner.


Suivant → ← Précédent
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0