Dominique Wolton
image 2

Communauté

Selon le Robert, la communauté est « un groupe social caractérisé par le fait de vivre ensemble, de posséder des biens communs, d’avoir des intérêts, un but commun ». L’idée de communauté suppose réunies la visée commune d’un bien, l’existence de normes et d’une forme déterminée de solidarité entre ses membres. Le principal concepteur de la notion de communauté fut le sociologue allemand Tönnies. Les ethnologues définissent la communauté comme « une unité sociale restreinte, vivant en économie partiellement fermée sur un territoire dont elle tire l’essentiel de sa subsistance. Elle soumet ses membres à des disciplines collectives dans une sorte de tension constante vers le maintien de sa cohésion et la pérennisation de son existence ». Si l’on élargit cette façon de voir à l’échelle de la société, il est clair pour Raymond Boudon et François Bourricaud que la communauté devient une relation complexe « puisqu’elle associe d’une manière très fragile des sentiments et des attitudes hétérogènes ; elle est apprise, puisque c’est seulement grâce à un processus de socialisation qui n’est jamais achevé que nous apprenons à participer à des communautés solidaires. Elle n’est jamais pure, puisque des liens communautaires sont associés à des situations de calcul, de conflit, ou même de violence. C’est pourquoi, plutôt que de communauté, il paraît préférable de parler de « communalisation » et de chercher comment se constituent et se maintiennent certaines « solidarités diffuses ». Un des domaines où le processus de communalisation est le mieux appréhendable est celui des communautés religieuses, qui forment ce que M. Weber appelait des « communautés émotionnelles ». La charge affective que requiert l’idée d’organisation communautaire est en effet essentielle. C’est pourquoi R. Boudon et F. Bourricaud concluent leurs propos en soulignant que « lorsque la survie d’un groupe devient pour ses membres un objectif opposable à leurs yeux aux objectifs individuels qu’ils se considèrent autorisés à poursuivre, on dira que ce groupement peut constituer une communauté, ou qu’il est en voie de communalisation ».


Suivant → ← Précédent
Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0